En cette fin d’été, tandis que nos coteaux se chargent en grappes généreuses, notre territoire se voit offrir une vendange inédite : la vallée de la Drôme vient en effet d’être désignée comme l’un des 20 territoires lauréats nationaux (parmi 117 candidats) de l’appel à projet national intitulé “Territoires innovants de grande ambition” (TIGA). Il s’agit là d’un événement rare et d’une ampleur significative pour le développement économique de notre territoire, et qui ne manquera pas d’attirer d’autres partenaires.

Une coopération de toute la vallée

Au terme d’une coopération de qualité, portée par les trois communautés de communes de la vallée et coordonnée par l’association Biovallée, un solide dossier de candidature a été construit, en partenariat avec de nombreux acteurs économiques. Et les résultats sont là : ce sont près de 20 millions d’euros que l’Etat et la Caisse des Dépôts s’apprêtent à attribuer à nos entreprises locales qui mènent des projets innovants destinés à améliorer la qualité de vie des habitants et à augmenter la durabilité du territoire, et créateurs d’emplois et de richesse locale. Une opportunité en or, comme il s’en présente rarement.

Un manque de vision stratégique de l’équipe municipale actuelle

Le mouvement Ensemble pour Crest, qui prépare les élections municipales de 2020, se réjouit de cette nouvelle et félicite l’équipe qui a porté la candidature Tiga. Il souhaite également informer les habitants que par absence de vision stratégique, l’équipe municipale actuellement en place à Crest avait pris en 2018 la décision de s’opposer au dépôt de cette candidature. Au cours du conseil communautaire du 27 septembre 2018, le maire de Crest ainsi qu’une bonne partie de son équipe ont voté contre le principe d’une participation à l’appel à projets Tiga. Une position justifiée à l’époque en ces termes par l’adjointe à l’économie du maire de Crest : « Les procédures administratives sont lourdes et échouent souvent »… Ce qui n’est pas sans rappeler le proverbe Shadok : « On n’est jamais aussi bien battu que par soi même ».

En 2009 déjà, Crest se démarquait comme la seule commune de la vallée de la Drôme ayant refusé de participer à la candidature au ‘Grand projet Rhône-Alpes’ (GPRA). Quelques mois plus tard les résultats tombaient. Le projet de Biovallée était lauréat. En 5 ans, 10 millions d’euros de la Région Rhône-Alpes ont été injectés dans notre économie locale… mais pas à Crest.

Fort heureusement, cette fois-ci, la communauté de communes du Crestois et du Pays de Saillans a pu collectivement passer outre à la frilosité des élus de Crest. Une candidature a pu être construite collectivement avec les autres intercommunalités de la vallée… avec succès !

Économie ET Écologie

Pour Ensemble pour Crest, économie et écologie sont les deux facettes d’un même modèle de développement tourné vers la réponse aux besoins des habitants (emploi, qualité de vie, santé). La coopération intercommunale autour du projet de Biovallée ouvre pour notre territoire de nombreuses opportunités économiques et financières. Ces dernières années, la Mairie de Crest s’en est privé en raison d’un exercice solitaire du pouvoir et des partis pris idéologiques de son maire contre la transition écologique et l’intercommunalité. Le temps est venu de s’adapter à un monde qui change et de s’ouvrir sur la vallée.

Cette ouverture, les Crestoises et les Crestois réunis au sein du mouvement Ensemble pour Crest la préparent : au printemps prochain, ce sont de nombreuses fleurs aux parfums nouveaux qui pourront éclore dans nos prairies au lendemain des élections municipales.