Dominique Marcon, binôme tête de liste n°2

En quelques mots, vous et votre parcours ?
L’ardente nécessité de faire vivre l’autonomie et la responsabilité de chacun est le fil conducteur de mes expériences professionnelles et de mes engagements personnels. J’ai toujours travaillé dans l’économie sociale, d’abord dans un cabinet d’expertise comptable conseillant les comités d’entreprises puis à la confédération des SCOP et ensuite dans la micro finance sociale. Il y a toujours pour moi, l’idée de donner des billes aux gens pour qu’ils puissent prendre en main leur vie professionnelle, dans leur entreprise ou avec leur propre structure, en France ou dans les pays du Sud. J’ai longtemps habité Paris mais nous voulions avoir une maison de famille dans la vallée de la Drôme, proche de la montagne, de certains amis et de nos enfants. Nous avons opté pour Crest ! D’abord lieu de vacances, puis résidence mi-temps, le foisonnement d’initiatives m’a convaincue de m’installer à temps plein depuis le début de ma retraite mi 2016.
Pourquoi êtes-vous dans Ensemble pour Crest ?
N’ayant jamais été encartée à un parti car plutôt rétive à adopter sans discuter une ligne de parti, mal à l’aise avec les egos, je me reconnais dans l’ouverture des listes citoyennes comme EPC, mais me réclame « de gauche » quoiqu’il en soit. Je souhaite participer activement au renouveau démocratique et écologique de la ville, largement possible grâce à son extraordinaire potentiel d’initiatives en tous genres, la diversité de ses habitants, la culture d’accueil et de résistance de son territoire. Mes engagements associatifs à Crest m’ont fait découvrir et apprécier cette énergie et cette diversité, et m’étonner chaque jour que la municipalité actuelle ne reflète en rien cette richesse.
Je souhaite faire en sorte que tous les habitants aient leur place et soient reconnus et écoutés, même s’ils ne sont pas propriétaires fonciers.
Que voulez-vous pour notre ville ?
Je suis convaincue que l’avenir de Crest est évidemment aussi celui de son territoire, que ce soit la CCCPS, la Biovallée, éventuellement une fusion de communes, etc…
Je désire travailler dans une équipe transparente, modeste mais efficiente, qui mette en place un contrôle par les habitants (genre comité de suivi ou comité des sages) et continue de s’appuyer sur une pratique participative sans faille. A commencer par un questionnement sur la stabilité du taux d’imposition !
Je suis prête à travailler sur les questions budgétaires, mais pas que, et en particulier la question de l’accueil des personnes en situation de vulnérabilité (dont les migrants).