Le Conseil municipal du 16 novembre dernier a été le théâtre d’attaques contre la minorité dignes d’une période pré-électorale. Dès sa première intervention M. le Maire a endossé le rôle de celui qui doit s’arc-bouter pour
faire respecter la loi et l’ordre malgré les obstacles placés devant lui par l’opposition municipale.

D’après lui, les personnes qui ne respectent pas les gestes barrière au marché sont les amis des conseillers municipaux ERC. Il en veut pour preuve, entre autres, le fait qu’une personne aurait simulé un malaise pour ne pas être verbalisée, et l’introduction d’une conseillère municipale sans masque dans une propriété privée (sic).

La quasi-totalité des points à l’ordre du jour a été l’occasion de ce type d’agressions, allant du procès d’intention aux attaques personnelles. Inutile de dire que tout ceci a été fort désagréable pour les spectateurs présents ou
en ligne, et surtout très stérile.

Les Crestois méritent beaucoup mieux, dans cette période difficile pour beaucoup d’entre eux.. Ils méritent que la commune fasse ce qui est dans ses moyens pour les aider à continuer à vivre du mieux possible, et à sortir de cette crise dans des conditions psychiques, sociales et économiques les moins tendues possible. Que la commune fasse le maximum pour esquisser un avenir marqué par la nécessaire transition sociale et écologique.

En matière de débat d’orientations budgétaires, le Maire aurait souhaité recueillir l’adhésion et les félicitations des conseillers minoritaires, sans relever ni porter au débat aucune des propositions qu’ils lui ont été faites, sauf à les traiter de générales et non concrètes. Est-ce abstrait de demander un renforcement du financement du CCAS et des associations pour les aider à accomplir leur mission d’aide et d’accompagnement des personnes démunies face à la crise? Est-ce abstrait de demander un travail de fond sur les cantines scolaires, afin de lancer des études pour un approvisionnement local et bio, une fabrication sur place et l’application du quotient familial pour le tarif ? Est-ce abstrait de vouloir débattre d’une vision pluriannuelle ? Est-ce abstrait de souhaiter que l’aménagement du parking St-Ferréol par exemple soit inclus dans un grand projet de mobilité ? Est-ce abstrait que de demander en quoi chaque action réalisée sera respectueuse de l’environnement, de la biodiversité et donc de l’avenir de nos enfants ? Dans les autres domaines, les propositions faites par la minorité municipale ont à peine été débattues, par exemple en matière de rappel sans tension des gestes barrières au marché.

Nous regrettons que le “jeu politique” – malheureusement assez classique – dans notre conseil municipal entraîne une telle tension et une telle absence de débats. Sans compter que, en fait d’échange, tout se passe entre le Maire et les conseillers minoritaires, les conseillers de M.Mariton restant très largement absents de tout échange.

Nous formons le vœu que les prochaines sessions soient plus constructives.

Les élus municipaux de la liste Ensemble Réinventons Crest